Blog PMA

Prenons soin de notre fertilité… et de notre PMA !

J’ai pas mal entendu parler d’infertilité dans l’actualité ces derniers temps. L’occasion de faire une petite revue de presses et de prendre conscience que si nous, personnes concernées ne nous mobilisons pas, personne ne le fera pour nous…

Baisse de la natalité
Les derniers chiffres publiés par l’INSEE révèlent une baisse de la natalité de 2,3 %, ce qui porte le taux d’enfants par femme à 1.96 et le nombre de naissances à son plus bas niveau depuis dix ans. Faits de société et de santé, on accuse tour à tour la réduction du congé parental, la baisse du quotient familial, la morosité ambiante, le taux de chômage et… la hausse de l’infertilité. On nous dit aujourd’hui qu’un couple sur six est touché et que cela ne fera qu’empirer du fait de nos modes de vie. Pollution, perturbateurs endocriniens, pesticides… Qu’en sera-t-il d’ici dix ou vingt ans si nous ne changeons rien ?

Avez-vous signé ?
Le collectif BAMP se mobilise : il a organisé une pétition pour améliorer la prise en charge de l’Assistance Médicale à la Procréation en France. Il nous rappelle à cette occasion que 3,1% des enfants (un enfant par classe en moyenne !) sont nés en 2014 grâce à l’aide de la médecine procréative. Ce chiffre est en constante augmentation (il était de 2,6% en 2009, soit une augmentation de 19,2% en 5 ans).
Près de 1500 signatures ont déjà été recueillies : ajoutez la votre et faites tourner l’information auprès de vos proches ! C’est d’autant plus important que nous sommes en période électorale et que les candidats à l’élection présidentielle n’ont pas tous les mêmes points de vue sur l’infertilité, la prise en charge de la PMA, le don de gamètes, la recherche, les évolutions sociales en lien avec ce sujet… Pour citer ma copine Simone « un quinquennat, c’est très long dans la vie des infertiles et si les choses n’avancent pas – ou pire reculent – c’est le rêve de milliers d’entre nous qui se brisera. »
Signer cette pétition, c’est aussi et surtout rappeler à nos dirigeants que de plus en plus de couples sont concernés par l’infertilité et que ce problème est en passe de devenir une question majeure de société.

La bataille des fonctionnaires continue !
Il y a un an de cela, la loi* autorisait les couples en PMA à s’absenter pour leurs différents rendez-vous sans avoir pour autant à rattraper leurs heures de travail. Une facilité essentielle quand on sait que les examens médicaux peuvent s’enchaîner tous les deux/trois jours pendant plusieurs semaines sans qu’il ne soit délivré d’arrêts de travail.
De quoi se réjouir, mais pas complètement puisque cette loi ne concerne que les travailleurs du secteur privé. Pas d’autorisation d’absence pour les fonctionnaires. Pourquoi me direz-vous ? Tout simplement parce que la loi est venue modifier le code du travail mais pas celui de la fonction publique. Aberrant.
En décembre dernier, la loi** « Egalité et Citoyenneté » votée à l’assemblée nationale a promis de mettre fin à cette situation inégalitaire. Sauf que cela a finalement été rejeté par le conseil constitutionnel*** un mois plus tard.
Fin de l’espoir et retour à la case départ pour les fonctionnaires en PMA. Il leur faudra continuer à écouler leurs congés et RTT pour leur suivi médical, en attendant que la loi change (et peut-être aussi maudire un peu le jour où ils ont passé un concours et choisi une carrière publique plutôt que privée).

La PMA ouverte à tous
Dans un manifeste signé par 130 spécialistes et publié dans Le Monde le 17 mars 2016, René Frydman, pionnier de la médecine procréative, assume « avoir aidé et accompagné certains couples ou femmes célibataires dans leur projet d’enfant dont la réalisation n’est pas possible en France ». Il nous explique aujourd’hui pourquoi dans son livre Le droit de choisir et tire la sonnette d’alarme dans l’espoir de changer la législation française sur l’Assistance Médicale à la Procréation, dont il dénonce les nombreux blocages et incohérences.

Un porte-parole essentiel
L’association BAMP est là chaque jour et dans chaque région pour accompagner les personnes infertiles en France. Elle défend nos droits, se mobilise, permet l’échange et les rencontres entre PMettes, lance des pétitions, interpelle les parlementaires et est source d’informations continue sur le sujet.
Parce qu’encore une fois la PMA dépend pour beaucoup de la loi et des décisions politiques, le rôle de BAMP est plus qu’essentiel. Et il est somme toute assez facile de soutenir l’association…
– devenez adhérent : la (petite) cotisation sert de financement pour toutes leurs actions. Et c’est quelque part drôlement gratifiant de devenir acteur d’une cause qui nous touche et nous concerne. Agir, dans cette PMA où nous avons parfois l’impression de ne faire qu’attendre…
– faites vos achats Amazon via BAMP  : en passant vos commandes à partir de ce lien, Amazon reversera 7% de ce que vous avez acheté à l’association. Simple et efficace.
– si vous préférez les créatrices indépendantes, vous pouvez aussi faire un peu de shopping sur la boutique des idées fertiles. Moins de choix que sur le géant Amazon, c’est sur ! Mais des objets créés avec amour pour un achat 100% versés à BAMP.

#Campagne PMA
Et pour finir, une jolie vidéo tourne sur YouTube ces temps-ci… Des patients et ex-patients en PMA y parlent de leur combat pour donner la vie.
https://youtu.be/5ue1MFf9m_A


*Loi du 26 janvier 2016 modifiant l’article L1225-16 du code du travail :  La salariée bénéficiant d’une assistance médicale à la procréation dans les conditions prévues au chapitre Ier du titre IV du livre Ier de la deuxième partie du code de la santé publique bénéficie d’une autorisation d’absence pour les actes médicaux nécessaires.
Le conjoint salarié de la femme enceinte ou bénéficiant d’une assistance médicale à la procréation ou la personne salariée liée à elle par un pacte civil de solidarité ou vivant maritalement avec elle bénéficie également d’une autorisation d’absence pour se rendre à trois de ces examens médicaux obligatoires ou de ces actes médicaux nécessaires pour chaque protocole du parcours d’assistance médicale au maximum.
Ces absences n’entraînent aucune diminution de la rémunération et sont assimilées à une période de travail effectif pour la détermination de la durée des congés payés ainsi que pour les droits légaux ou conventionnels acquis par la salariée au titre de son ancienneté dans l’entreprise.


**Article 163 relatif à la Loi Egalité et Citoyenneté, votée le 22 décembre 2016 à l’Assemblée Nationale
 : L’agente publique qui reçoit une assistance médicale à la procréation dans les conditions prévues au chapitre Ier du titre IV du livre Ier de la deuxième partie du code de la santé publique bénéficie d’une autorisation d’absence pour les actes médicaux nécessaires.

L’agent public conjoint d’une femme qui reçoit une assistance médicale à la procréation, lié à elle par un pacte civil de solidarité ou vivant maritalement avec elle bénéficie d’une autorisation d’absence pour prendre part à trois des actes médicaux nécessaires à chaque protocole d’assistance médicale à la procréation au maximum.
Ces absences n’entraînent aucune diminution de la rémunération et sont assimilées à une période de service effectif.

***Décision n° 2016-745 du Conseil Constitutionnel du 27 janvier 2017 : censure une cinquantaine d’articles de la loi Égalité et Citoyenneté, dont l’article 163 relatif aux autorisations d’absence des fonctionnaires en parcours de procréation médicalement assistée.

Publicités

10 réflexions au sujet de « Prenons soin de notre fertilité… et de notre PMA ! »

  1. Bonjour Psychota, merci pour ton blog. Avec mon chéri on commence notre parcours PMA. 1ère IAC prévue cet été, je ne suis pas fonctionnaire et pourrai donc bénéficier d’une autorisation d’absence. Je me demande comment (à l’oral, par écrit/document) et qui (RH, n+1..) vous avez informé à votre boulot? C’est délicat de mêler le travail à son histoire personnel surtout dans ce contexte.

    Aimé par 1 personne

    1. Pour ma part j’en au d’abord parlé à ma n+1, et nous avons été voir ensemble m’a n+2. Tout s’est fait à l’oral (j’avais juste imprimé le texte de loi). Mais il faut dire qu’elles étaient particulièrement compréhensives car confrontées toutes les 2 à l’infertilité (ma n+1 a adopté une petite fille et ma n+2 a eu ses 2 enfants par IAC. Drôle de hasard quand même…). Ma n+2 m’a demandé si je préférais que ça reste interne au service et j’ai dit oui, donc la rh n’est pas au courant. Mais ca n’est que mon expérience, je ne suis pas sure que ce soit la procédure classique à suivre… Bon courage, et je vous souhaite très fort d’échapper à tout ça d’ici cet été.

      Aimé par 1 personne

  2. Je n’ai pas compris le fonctionnement du lien qui permet à Amazon de reverser 7% à des associations. Le lien fait atterrir sur l’article de « De père en FIV ». Est-ce vraiment le bon lien ?
    Je serais très intéressée par ce lien. 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s