Blog PMA

Juste sous le nez

Je ne m’étais pas rendue compte qu’un vent de légèreté avait soufflé sur ma fin décembre. Ou plutôt si, mais j’avais mis ça sur le compte de ma semaine de vacances ; des fêtes ; de l’ambiance un peu survoltée au boulot la dernière semaine de l’année ; du temps qui avait coulé depuis la FIV 2, aussi.
Et puis ma collègue enceinte est rentrée de ses vacances à elle. Et la chape de plomb est retombée d’un coup. Quinze jours que je n’avais pas eu son ventre sous le nez au quotidien. Quinze jours que je respirais à plein poumon. Je n’avais tout simplement pas fait le lien avant de me retrouver à nouveau en face d’elle…

Vous l’aurez compris, depuis ma réponse atroce à son annonce de grossesse en pleine FIV 2, je n’ai pas trouvé le mode d’emploi pour mieux vivre les choses. En surface, tout va pour le mieux. Je me suis excusée de ma réaction aigrie et elle a été très compréhensive, balayant d’une phrase mes excuses « Ne t’inquiète pas pour ça. Je crois qu’au vu des circonstances, on a chacune fait du mieux qu’on a pu ».
Depuis on parle de tout et de rien, comme avant. De tout et de rien, sauf de l’essentiel bien-sûr.

J’ai demandé à changer de service. Pas uniquement pour la fuir ; la raison officielle (et qui est aussi une vraie raison), c’est que je suis sur le même poste depuis plus de cinq ans et que j’aspire à un peu de changement. Il y a eu une opportunité, un départ en retraite un peu précipité. J’ai sauté sur l’occasion : nouvelle équipe, nouveaux dossiers, et l’impression surtout qu’un pan de ma vie, au moins, avance.
Sauf que j’ai fait ma demande en novembre et que depuis ça patauge. En théorie pas de soucis, le grand manitou a accepté, ma future chef se montre ravie : j’occuperai donc bien un jour ou l’autre mes nouvelles fonctions. La question est juste de savoir quand : on m’avait dit début janvier, qui s’est transformé en mi-février… Face aux tracasseries administratives et organisationnelles, pour un pas en avant j’en fais deux en arrière et je me désespère à la vue d’un ventre de plus en plus proéminent.

Ce petit contre-temps ne devrait pas avoir d’importance, je devrais simplement me réjouir d’occuper bientôt ce nouveau poste. Donner un nouveau souffle à ma carrière, me remotiver dans ce métier que j’aime tant. Mais j’aurai tant aimé faire une pierre deux coups…
Car vraiment, c’est dur d’avoir en permanence sous les yeux ce rêve inaccessible pour lequel on se bat depuis maintenant trois ans.

Publicités

37 réflexions au sujet de « Juste sous le nez »

  1. J’ai eu la même situation et je te comprends vraiment, ma collègue n’a d’ailleurs pas été très compréhensive quand j’ai voulu poser les choses entre nous, donc parfois mieux vaut garder ce que l’on ressent.
    Jespère que tu changeras vite de poste, en attendant je t’envoie tout mon courage et plein de pensées positives !

    Aimé par 1 personne

  2. Je te souhaite que ton projet de mobilité aboutisse vite car meme si ta collègue est sympa, et j’ai envie de dire surtout si elle est sympa, l’avoir sous le nez toute la journée sera difficile, et si elle est sympa tu te sentiras peut-être obligée de demander des nouvelles et de partager au risque d’en souffrir … inutile de t’en rajouter , le travail’doit nous permettre de penser à autre chose au moins … coitage mo février va vite arriver !

    Aimé par 1 personne

    1. Elle est enceinte de plus de 5 mois, au rythme où ça va elle sera en congé mat avant que je n’ai eu l’occasion de changer de poste ! Mais j’avoue ne lui poser aucune question sur sa grossesse…

      J'aime

  3. Olala je compatis à fond, ça doit être horrible 😦 Déjà que je me sens super mal pendant des jours quand un collègue parle de sa femme enceinte, alors l’avoir sous les yeux à longueur de journée ça doit être un cauchemar… J’espère que cette mobilité aboutira au plus vite !!! Bisous & courage

    Aimé par 1 personne

  4. C’est pas facile d’avoir une collègue enceinte en face de soi.
    Ça a été mon cas également, un accident en plus. Et même si ça n’a pas été facile, je l’ai vu comme l’occasion de faire un travail sur moi même, ce n’est pas sa grossesse qui est responsable de mon infertilité et comme c’était une chouette fille, cela nous a plutôt rapproché au final. Bref, je comprends quand même que tu ne puisses plus voir son ventre et que tu sois pressée de changer de poste surtout si c’est une évolution après 5 ans.
    2017, nouveau job, nouvelle vie !

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis d’accord, le fait qu’elle soit enceinte ne m’empêche pas, moi, de l’être. Nos situations n’ont rien à voir, elle n’est responsable en rien et je ne lui en veux pas du tout. Au contraire, je suis soulagée pour elle qu’elle n’ait pas eu à galérer…
      Mais ça n’empêche que je me sens comme une fille au régime qui va chaque jour travailler dans une pâtisserie. Son gros ventre me nargue… Bises

      J'aime

  5. Cela fait 5 ans que les bébés pleuvent dans mon équipe! 4 nanas avec des enfants entre quelques mois et 5 ans. Mais je découvre aussi que 2 autres plus silencieux ont aussi vécu l’infertilité et la PMA. Cela m’a permis de me sentir moins seule. Bref bon courage pour les 6 semaines à venir et vive ton nouveau poste. Des bises 💕

    Aimé par 1 personne

  6. Je te comprend tellement, pareil dans mon équipe depuis 2 ans des annonces, des congés mat, des retours de congés mat et moi je suis toujours au même point.. je relisais ton parcours je suis exactement au même stade que toi (presque), fiv 1 en mai négative, fiv 2 en décembre, pas encore négative mais je ne sens pas du tout arriver un ++ lundi surtout avec un test de grossesse maison négatif et toujours pas de congelé… je me demande aussi si cela ne vient pas de mes ovocytes.. pour le deuxième avis tu as de la chance d’habiter à Paris, habitant à plus de 800 km pas d’expert vers qui me tourner.. je ne sais pas si une seule visite chez hope peut changer qqc, pour les filles que je suis sur là blog elles ont fait une fiv ou traitement suivi par hope de À à Z.. en tout cas courage pour cette nouvelle annee qui sera peut être synonyme enfin de grossesse

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne vais pas de faire la leçon, j’ai carrément déprimé pendant mes dpo FIV2. J’espère quand même une bonne surprise pour toi… Pour le 2e avis, Hope est devenue une sorte de star grâce à quelques blog de PMettes mais je suis persuadée qu’il y a des tas de médecins tout aussi compétents, et pas seulement à Paris ! Prend un 2e avis si tu as des doutes, nos tentatives sont précieuses et passent beaucoup trop vite (surtout quand comme nous on n’arrive pas à avoir des congelés…). Des bises Sarah

      Aimé par 1 personne

  7. Félicitations pour ce nouveau poste, qu’il puisse t’apporter la sérénité que tu avais retrouvée ces derniers temps. Bon courage pour les jours à venir qui, j’espère, ne s’éterniseront pas trop. Bisous

    Aimé par 1 personne

  8. Bon courage toi…
    Je lis ton blog depuis un moment… et maintenant je me suis décidée à t écrire…
    Merci de nous faire partager ton expérience…
    Tu as même réussi à me faire rire, tellement je me reconnais dans ce combat!!!

    Je comprend cette histoire de collègue enceinte…pour ma part, c’est une amie que je voyais régulièrement et « qui ne voulais pas d’enfant » qui m’avait appris sa grossesse, j ai mis des distances importantes car impossible pour moi de voir un ventre rond… d’ailleurs elle a accouché ce jour…

    Mon parcours, 2ans et demi d’essai… PMA depuis bientôt 1an, avec son lot d hormones…aucun problème ni chez mon mari, ni chez moi… mais en plus d’avoir des difficultés à tomber enceinte… quand ça m’arrive (eh oui j ai déjà vu 2fois un test ++), je fais des fausses couches… une fois à 8SG et une fois à 6SG…

    La je suis en attente de ma 1ère IAC faite Le 3/01…

    Courage à vous les filles, 2017, est une autre année, et un nouveau départ…

    Aimé par 1 personne

  9. Oh ma douce, j’imagine le cruel de cette situation. Travaillant dans un milieu majoritairement jeune et féminin, j’ai vécu quelques grossesses de collègues. La plus difficile à vivre a été celle de ma collègue la plus proche (et amie très chère). Faire mine d’ignorer le gros ventre d’une collègue c’est une chose, mais quand la collègue est aussi une amie, difficile de ne pas se sentir coupable de ses propres silences.
    Je t’embrasse fort 😘

    Aimé par 1 personne

  10. Ma Psychota, je comprends parfaitement pour avoir vécu la même chose… c’est difficile même sans en vouloir à la personne et même en se réjouissant sincèrement pour elle. Je te souhaite que ta prise de poste arrive vite. Bravo pour cette réussite ! Grosses bises

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s