Blog PMA

Rendez-vous Psy

Il y a un mois de cela, j’ai pris rendez-vous avec la psychologue de ma PMA. Sur conseils de notre médecin, après que je me sois mise à pleurer en plein rendez-vous débriefe FIV2. Rendez-vous le 13 décembre, m’avait-t-on dit. Faut pas être en détresse psychologique, avais-je pensé.

On ne peut pas dire que le mois écoulé ait été tout rose. Je n’ai pas réussis à retrouver ma belle sérénité de l’été dernier. Pour autant, tout n’a pas été tout noir non plus. Pas de larmes versées. Des pensées sombres parfois, c’est vrai. Beaucoup de réflexions sur une vie possible sans enfant. Des jours sans, où plus rien ne semble avoir de sens, mais des jours avec aussi. Et beaucoup d’entre deux, où je ne me sentais ni foncièrement heureuse ni profondément malheureuse et où je me laissais simplement porter par le quotidien.
Aussi ai-je été un peu surprise quand, à peine assise en face de la psy, les larmes ont refait leur apparition. Peut-être le fait de remettre les pieds à la PMA, tout simplement. Ce lieu autrefois porteur d’espoir symbolise aujourd’hui surtout nos échecs passés.

Je ne savais pas trop comment ce rendez-vous allait se passer, puisque je n’avais jamais vu de psychologue de ma vie. Pour tout dire j’ai trouvé ça un peu étrange. C’est comme si j’avais passé une heure avec une bonne copine, mais où bizarrement on avait parlé que de moi. J’avais presque envie de lui demander comment elle allait, elle aussi, histoire de rééquilibrer un peu les choses.
On est revenu sur l’ensemble de notre parcours : les six stimulations simples, les cinq IAC, les deux FIV. Sur le poids de ces si nombreux échecs et le fait qu’entendre continuellement que « notre dossier est léger », que tout est beau sur le papier finissent par être plus que difficile à vivre. On patauge, on perd espoir. On a tellement de mal à y croire qu’on envisage surtout nos dernières FIV comme le moyen de ne pas avoir trop de regrets. Triste constat, et tristes perspectives.

Je ne sais pas si ce rendez-vous a servi à quelque chose, ni même s’il m’a fait du bien. J’ai vidé mon sac, c’est sur. Mais pas plus que je le fais parfois lors de conversations téléphoniques avec ma mère, où quand je viens écrire ici. La psy trouve mes questions et interrogations légitimes, et qu’avec Psychoti nous avons une façon plutôt saine de gérer tout ça. Ça m’a fait sourire. L’impression encore une fois d’être l’éternelle fausse bonne élève de la PMA, qui fait tout bien mais n’arrive définitivement à rien. Oui, on gère. Mais pour ce que ça change…

Je crois qu’en fait, ce rendez-vous m’a surtout permis de réaliser que dans notre malheur, nous avons énormément de chance.
La PMA n’a pas mis à mal notre couple, bien au contraire. Elle nous a appris avec Psychoti à mieux communiquer, à mieux partager, à mieux nous soutenir et nous aimer.
Nous sommes également bien entourés par nos familles respectives. Pas de mots de travers de leur part, mais une écoute bienveillante. Ils sont discrets, mais présents. Ils savent être là quand il faut, tout en respectant à d’autres moments nos silences.
Je me rends compte aussi à quel point mon travail me facilite les choses. A quel point ma hiérarchie me laisse gérer mon emploi du temps à ma guise, à quel point ce stress là m’est épargné.
Bref j’ai réalisé en lui racontant notre parcours à quel point notre PMA est « facile ». Nous n’avons aucun des soucis annexes que rencontrent parfois les autres couples.

Reste que le désespoir est bien là, et qu’on a du mal à envisager une issue positive. Comment font les autres pour continuer à y croire ? Cette question me hante. Car à l’aube de la FIV3, l’horizon me semble plus noir qu’il ne l’a jamais été.

Publicités

15 réflexions au sujet de « Rendez-vous Psy »

  1. Merci pour ce nouvel article qui tombe à pic, étant donné que je me posais justement la question du psy… j’y suis déjà allée pour d’autres raisons, et même pour essayer de comprendre ce qui pourrait bloquer chez moi (parce qu’à part qu’on me répète que je suis stressée…). Je n’ai pas de réponse à ta question et j’avoue que je ne sais pas comment on continue à avoir de l’espoir quand on traverse tout ça et que les échecs s’accumulent. Ça fait partie intégrante de notre humanité j’imagine. Je me dis que notre couple avons beaucoup de chance aussi, car hormis les échecs cela n’a été que du positif.
    Je te souhaite tellement du fond du coeur d’être maman un jour, d’y croire encore aujourd’hui, même si ca peut faire souffrir parfois, car c’est un rêve qui a encore la possibilité de se réaliser.

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne peux pas t’aider sur ta question malheureusement car moi même je me la pose aussi. Parler, vider son sac fait du bien et il ne faut pas hésiter dans nos parcours difficiles. J’espère que cette FIV3 sera ta dernière tentative et que tu deviennes foncièrement heureuse 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Ton article me rappelle les pensées, interrogations, mal être dans lesquelles je me trouvais après notre deuxième échec. Mes pensées étaient noires, prenaient beaucoup de places et je me suis fais plus d’une fois peur.
    C’est également pour cette raison que j’ai terminé par prendre aussi rdv avec la psy de ma Pma.
    Pour ma part je l’ai eu une semaine après, heureusement.
    Je me retrouve beaucoup dans le bilan que tu fais ce couple qui finalement se débrouille pas trop mal dans cette foutue Pma qui prend une place énorme dans notre vie!
    J’ai le même sentiment que toi autant au début de notre parcours j’appréciais presque me rendre à la Pma car ce lieu symbolisait l’endroit qui nous permettrait d’accéder à notre bonheur et donc représentait nos espoirs, alors que maintenant il me renvoie à mes tentatives soldées par des échecs. Heureusement hier j’ai retrouvé mon entrain des débuts. Je me rend compte que je te laisse une tartine.. mais ton article me parle et je voulais simplement te dire qu’après mon rdv psy, ma joie, mon entrain et ma positivité sont revenus. J’ai appris à penser le moment présent comme elle me l’a si bien expliqué, à essayé de me laisser à aller et surtout à être moins  » hyper active cérébrale »! Lol! Comme elle me l’a si bien dit! Pour cela on multiplie les moments à deux , en famille, amis et w.e pour nous changer un max les idées.
    Tu n’es pas seule…
    Je t’embrasse fort Psychota❤

    Aimé par 1 personne

    1. Réussir à vivre dans l’instant présent et profiter, c’est sans doute la clé du bonheur, tu as mille fois raisons. Mais si dur à mettre en pratique parfois… Et quand on s’enfonce dans la spirale du psychotage, on a tendance à complètement l’oublier. Merci pour ce rappel essentiel, je vais essayer de le garder en tête en cette douce période de fêtes. Des bises Laurinette

      J'aime

  4. J’ai arrêté d’aller chez la psy justement pour ça, car j’avais l’impression de remuer le couteau dans ma plaie (oui, c’est fait exprès le « ma » 😀 ) et je pleurais presque à chaque fois sans que ça n’améliore mon quotidien… Ceci dit au début ça me faisait du bien quand même, mais au bout d’un moment je trouvais que je tournais en rond et que je disais la même chose à mon chéri ou mon blog ! (sans les larmes systématiques… sachant que les rdv étaient avant le travail, c’était vraiment pas terrible pour le reste de la journée…)
    Quant à l’espoir/désespoir, je te rassure, je n’y crois plus tellement moi non plus… J’ai juste l’impression d’attendre la fin de mon « quota » autorisé par la sécurité sociale…
    Je t’embrasse fort fort.

    Aimé par 2 people

  5. Zut WP a bugué ! Je disais donc… Ton article tombe à pic, j’ai enfin décroché mon tel aujourd’hui pour prendre rdv avec la psy. On y était allés une fois en couple et ça nous avait fait du bien. J’espère que ce rdv t’a tout de même un peu soulagée, même si ça ne résout pas nos problèmes… Nous non plus on n’y croit plus et cette dernière FIV est abordée en mode « no regrets ». Je ne sais pas si l’espoir reviendra, sûrement que oui, c’est ce qui nous fait avancer malgré tous les échecs passés. Courage pour la suite, des bisous ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Ce rendez-vous m’a surtout fait prendre conscience de la chance qu’on a dans notre malheur (sur le fait qu’en dehors du manque de résultat, on vit plutôt bien notre PMA, et que le reste de notre vie est plutôt chouette). Et finalement c’est peut-être ça l’essentiel : se rappeler qu’il y a aussi du positif dans nos vies… Il faudrait que j’arrive à mieux profiter de l’instant présent. C’est pas gagné, mais j’y travaille !

      Aimé par 1 personne

  6. J’avais entamé la visite chez une psy aussi après être tombée en larmes lors d’un RDV echec IAC n°4 et annulation IAC 5 pour …direction la FIV melle Souris…Larmes qui coulaient devant ma gyneco prise de panique. Nous aussi dossier facile..j’avais juste pas une seule seconde imaginée devoir entamer le parcours FIV…lors de ce rendez-vous…et des suivants…j’ai pu voir comment mon couple, malgré tous ces échecs étaient solides…du coup, j’ai arrêté d’y aller. Parce qu’en fait, je le savais déjà tout ça. On est ensemble depuis tellement d’années..et toujours là l’un pour l’autre..dans n’importe quelles épreuves…
    Alors j’ai décidé d’arrêter. Parce qu’au final, je suis plutôt bien entourée…j’ai une amie qui veut pas d’enfant, par choix..mais qui comprend malgré tout mon désir, et qui est là, chaque jour dans notre parcours. Avec ces petites attentions bien à elle. Et mon blog m’aide..écrire des mots, tout en étant anonyme…sans que je vois les gens me lire…et peut etre me juger ..ça me fait un bien fou…
    En fait, j’attendais pas des réponses de la médecine…de la part d’un psy en particulier..même si c’est son boulot de creuser avec des questions pour nous faire réfléchir et creuser par nous même les réponses aux questions qu’on pourrait se poser…Mais maintenant je pose des mots sur mes maux.
    Pour la 3eme FIV…je n’en suis pas là…mais je continue d’y croire..pour toi..Faut rien lacher…Continue de te battre. Prends le temps …refais des examens… Comme toi, je suis aussi considérée comme ‘un cas simple »..et pourtant…
    Gros bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou ma souris, oui j’ai lu tes derniers articles où il y question d’endométriose… Comme quoi les « cas simples »… J’espère que tu vas bien au milieu de ces rdv. Contente de savoir que tu as une bonne amie auprès de qui vider ton sac de temps en temps. C’est vrai que c’est essentiel pour tenir le cap dans nos parcours. Gros bisous

      J'aime

  7. J’ai l’impression qu’il en sort finalement beaucoup de chose de ce Rdv.
    Une belle analyse de se rendre compte de cet entourage.
    De la complicité, de la force de votre couple.

    Et ce désespoir comment ne pas le sentir.
    On ne peut pas lire dans l’avenir et savoir…. on espère…
    Ces parcours pma et encore plus ceux des bonnes élèves aux dossiers légers, avec des soucis moins identifiés, des questions sans réponses, sont vraiment désespérant.

    Comment rester dans l’espoir? Nous ne sommes pas des héroïnes.
    A moins d’être très croyante et d’avoir une foi incroyable je ne vois pas……

    L’espoir que ça marche est quelque part c’est sure. Mais au bout de 1000 ans… QUE devenons nous? Ou est il passé?

    on oubli meme que c’est pas l’espoir qu’on cherche, c est ce bébé, une famille. Et on sait même plus si on en veut… en tout cas je m’interroge parfois… souvent meme.
    Car oui j’en veux. Mais le prix à payer est rudement élevé quand même.
    Alors que pour d’autres c’est  » gratos »et ca c est dure. On se sent amoindrie….

    Se résigner et se voir dans enfant est aussi une évolution, un lâcher prise en quelque sorte. On se recentre. ENFIN on essaie….

    Je me perds un peu dans mon message. Je fais un roman peut être inutile, mais je t’envoie surtout des ondes de soutient. Et des bisous virtuels 😘

    J'aime

  8. Coucou ma Psychota. Je crois que lorsque le besoin s’en fait sentir, il ne faut pas hésiter à chercher du soutien auprès d’un(e) psychologue. Pas forcément facile, comme exercice, ça dépend beaucoup de la personne que l’on a en face et de ce que l’on en attend… Finalement le ressenti en sortant de rendez-vous est sans doute quelque chose de très personnel. Mais si, au moins, cela permet de remettre, même momentanément, la lumière sur le positif, ça en vaut le coup, je crois. Je me retrouve beaucoup dans ton constat d’un parcours « facile », grâce au soutien des proches et à la relative facilité de gestion au boulot. Cela n’a pas empêché les moments difficiles, pour Victorien comme pour moi, et ce alors même que notre parcours a été bien moins long que le vôtre. Ce que je veux dire, c’est que même si on a moins de difficultés que d’autres et tant mieux, la douleur de l’échec n’est pas moins forte… Bref. Dns tous les cas, le rendez-vous avec Hope se rapproche, petit à petit : j’espère de tout coeur qu’il permettra de faire renaître l’espoir, et bien davantage ! Je t’embrasse fort ma belle.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s