Blog PMA

Impatience

A la lecture d’autres blogs, je me dis souvent Psychota tu n’es qu’une sale petite impatiente !
« Seulement » deux ans d’attente ici, mais un parcours déjà bien rempli puisqu’un affolement dès les six premiers mois d’essais. Gynéco efficace et rapide, bilan de fertilité et lancement des Stimulations Ovariennes avant la fin de la première année. On enchaîne on enchaîne, pas de pauses on fait les six à la suite, et comme ça ne marche pas nous voilà parachutés à l’hôpital pour les IAC. Petite pause forcée (été oblige), mais dès la rentrée c’est reparti, on enchaîne on enchaîne, une insémination chaque mois et nous voilà à seulement deux ans d’essais avec un CV PMesque déjà bien rempli.

Je sais que quelque part, j’ai eu raison de m’affoler. Mes ovaires en suractivité et ma phase lutéale ultra-rikiki ne nous offraient pas vraiment de chances sur cycles naturels. Et au vu de mon âge (31 ans au début des essais), il ne fallait pas traîner si on voulait avoir la chance de faire un jour un petit deuxième (la dessus, toutefois, on s’est un peu calmé. En avoir ne serait-ce qu’un serait déjà tellement merveilleux…).
Je le sais et pourtant, quand je regarde en arrière, j’ai cette sensation tenace qui me colle au cœur. Cette sensation d’avoir brûlé les étapes et d’être allée un peu vite. De m’être affolée pour rien tout le temps. De m’être désespérée pour rien aussi. De m’être gâchée un peu la vie toute seule avec mon impatience.

Le clomid n’a pas marché aussi bien que prévu à la Stimulation 1… 
Bouhouhouuu !!! Rien ne marchera jamais sur moi,
tout ça est voué à l’échec, je n’aurai jamais d’enfaaaants !!! …
Un brin désespérée, la fille. Un brin mélodramatique aussi.

Je vois vos parcours, je vois que vous avez la patience d’essayer, la patience des pauses et le courage de rebondir. Je vois que moi, j’ai surtout été pressée, pressée, pressée. Une course contre les cycles, une course contre la vie, une course contre moi-même. Pour rattraper mes rêves d’enfants qui ont toujours fait de moi une « jeune » maman.

J’ai mis cinq mois d’essais pour réellement encaisser que non, on ne fait pas un enfant quand on le décide (et que oui, ça n’est pas juste que tout mon entourage sauf moi tombe enceinte à l’arrêt de la pilule, mais que c’est comme ça et qu’on n’y peut rien).
Il m’a fallu trois cycles de Stimulation pour accepter que la médecine ne nous sauverait pas forcément rapidement ; qu’il fallait arrêter de vouloir un bébé là-tout-de-suite-maintenant-et-si-ça-ne-marche-pas-ce-cycle-ce-sera-la-fin-du-monde. Je veux un bébé bientôt, un jour, dès que possible, mais chaque cycle passé n’est qu’une tentative parmi d’autres, il ne sonne plus le glas de nos espoirs, il ne signifie plus que tout est définitivement perdu.
Il m’a fallu arriver aux IAC pour intégrer que la médecine ne nous sauverait peut-être pas tout court ; qu’il y avait encore de grosses zones d’ombres sur les connaissances en fertilité humaine, et que la PMA n’apportait pas de réponses à tous les couples, loin de là. Qu’il était possible qu’on fasse un jour parti de ceux qui restent sur le quai. Mais qu’on n’en savait rien, et qu’il fallait continuer à tenter notre chance et à y croire malgré tout.

Je suis toujours pressée, je suis toujours une sale petite impatiente qui voudrait tout faire vite, mais j’ai appris à relativiser. J’ai accepté que ma vie à moi, ce n’était finalement pas d’être maman avant 30 ans. Que devenir mère pouvait être un combat ; qu’être un jour mère était devenu mon combat.
J’ai appris à temporiser, et c’est tant mieux. Parce qu’à l’aube des FIV, à l’aube de ce nouveau chapitre PMA, je crois bien que je vais en avoir drôlement besoin.

Publicités

20 réflexions au sujet de « Impatience »

  1. Je me reconnais tellement là dedans. Là tout de suite je suis dans une salle d’attente. Monsieur a fait son don et nous attendons une insémination. La deuxième. La première en octobre a marché mais j’ai fait une GEU. La secrétaire nous dit qu’il faudra peut être un deuxième don…20mn qu’on attend. Insémination prévue à 10h. Je flippe.
    Merci pour ton blog qui résume à la perfection le parcours d’une PMette. Les mêmes mots, les mêmes doutes…le même psychoting 😊

    Aimé par 2 people

    1. Effectivement ce blog est génial, il m’aide tellement… et comme toi Lou, je suis en salle d attente, mon mari en salle de prélèvement pour la 1ère IAC…
      j’ai envie de pleurer parce que je me demande pourquoi est ce que nous sommes obliger de subir tout ça… alors que c est si simple pour d autres personnes…
      Je croise les doigts….

      Aimé par 1 personne

  2. Ahahaha alors j’aurais pu m’appeler Psychota tellement je psychote. Je suis tellement impatiente que je m’autofatigue. J’a l’impression que c’est la fin du monde. C’est chiant. J’ai l’impression d’avoir une horloge au dessus de la tête qui fait tic-tac. Là je vais commencer la première IAC après 2 ans d’essais « naturel » et je me projette déjà dans la dernière FIV et l’adoption… C’est vraiment re-re-relou

    Aimé par 1 personne

  3. Je suppose qu’au départ on est toutes pareilles, l’envie d’aller vite pour en sortir vite gagnants!! On se sent acteurs et « avec tout çà çà va forcément marcher! ». Aux IAC on atteint le summum: déclenchement avec un ou deux beaux follicules prometteurs, des spermatozoïdes implantés où il faut quand il faut, le fameux « il en suffit d’un » que personnellement je ne supporte plus d’entendre…. Et au fur et à mesure on se dit qu’il faudra peut-être en passer par les FIV, sauf qu’arrivés à ce stade là on en sait suffisamment sur la PMA pour réaliser que, pour le coup, si la FIV ne fonctionne pas, il n’y a aucun petit sigle à trois lettres qui vient derrière pour l’étape suivante…
    Ce qui est sûr c’est qu’on a beau faire des pauses, on a toujours çà en tête, donc disons que c’est un repos tout relatif!!
    As-tu une date pour lancer le début des hostilités? J’espère de tout coeur que pour vous ce sera bientôt la fin victorieuse de l’aventure PMesque!!

    Aimé par 2 people

    1. Ca c’est un rudement bon résumé de notre état psychique ! Et c’est vrai que la PMA nous aide à nous sentir un peu moins impuissante… Même si en vrai ce n’est qu’un coup de pouce, on ne maîtrise pas vraiment les choses.

      Nous avons rdv la semaine prochaine avec notre médecin PMA pour établir la suite du programme. Merci pour tes voeux de fin victorieuse 😊

      J'aime

  4. J’ai découvert ton blog récemment, ton dernier post (tata fantôme) m’a énormément touché, je me suis retrouvée à travers tes mots…
    Je n’ai pas encore commencé tout ce processus, c’est ce qui va être déterminé au prochain rdv, mais il ne me semble pas que tu sois impatiente à vouloir une chose qui est supposée être naturel…
    On en est toutes là, on a envie que ça se concrétise…
    Je te souhaite de tout mon coeur que ça fonctionne vite…

    Aimé par 1 personne

  5. Je viens de téléphoner à une amie qui me demande tu as eu tes regles?
    Oui depuis vendredi j’ai contacté l’hôpital j’ai rdv le 15 avril pour voir le gynécologue et enchaîner sur la FIV.
    Réponse de mon amie: ça va marcher la FIV c’est mieux non ça marche
    Comment répondre ça marche oui peut être ça dépend pour qui merde si c’était la solution miracle ça ne ferait pas 6 mois que j’enchaîne des IAC c’est facile à dire quand t’as 2 gosses sans avoir rien fait de particulier
    Et je lui ai répondu que même si je garde de l’espoir j’essaie de rester sur terre parce qu’effectivement après la FIV qu’est ce qu’on fait ? (Petit blanc et pas de reponse)
    Alors oui tu as le droit d’être impatiente tu as d’être un peu égoïste parfois tu as le droit de vouloir faire une pause tu as le droit de psychoter sur le résultat et sur comment tout ça va se dérouler on a tout les droits et même celui de dire merde à nos proches qui n’y comprennent rien mais qu’on aime quand même
    Bon courage à toi et à très bientôt
    Bises

    Aimé par 1 personne

  6. Je n’ai pas enchaîné, parfois presque traîné. Et pourtant je me reconnais dans cette impatience et ce sentiment de précipitation. Je me dis parfois que je « pousse la machine ». Ma psy a tendance à me suggérer de ralentir. J’ai l’impression de m’acharner parfois ou de griller mes cartouches. Je prendrais bien un peu de ta sagesse du jour pour mieux vivre ce rapport au temps. Bisous patients 😘

    Aimé par 1 personne

    1. oh oui, je connais bien cette sensation d’être sur un stand de tir et de griller une à une toutes ses cartouches – sans résultat…
      Pour la sagesse, je fais la maligne car je suis sur cycle de pause, mais la machine à impatience repartira de plus belle dès qu’une nouvelle tentative sera au programme !

      Aimé par 1 personne

  7. Tu me connais un peu, tu sais que je suis une sale petite impatiente aussi. 🙂 Ça fait 6 mois que je me sens ballotée de médecin en médecin sans que rien de concret ne se passe pour nous, et j’ai l’impression que ça traîne, alors qu’en fait nous n’en sommes même pas à 2 ans d’attente. Bref, tout ça pour te dire que je me reconnais bien dans ce que tu décris. Bises, profite de ce cycle de pause pour te reposer un peu.

    Aimé par 1 personne

    1. Tout comme je me reconnais souvent dans ce sue tu écris 😉 Mais être balloté de rdv en rdv sans qu’aucune décision soit prise peut rendre dingue, alors moi je trouve sue tu gère drôlement courageusement ton impatience. Bises

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s