Blog PMA

Tata fantôme

Avril 2010 – Plume

Ma petite nièce Plume est née. C’est la première de la nouvelle génération, c’est un événement ! Tout le monde est heureux et tout le monde en fait trop : je me demande avec du recul comment ma grande sœur a fait pour nous supporter, nous tous, qui gravitions comme des satellites  indécrottables autour de son bébé.
Au moment de cette première naissance, j’ai tout juste 27 ans et je suis mariée depuis six mois. Nous avons tous les deux trouvé notre voie professionnelle et venons d’acheter un appartement. Une chambre pour nous, et une autre pour… J’aimerai qu’on s’y mette vite et que futur bébé ait la chance de vivre une relation privilégiée avec sa petite cousine Plume. Je m’inquiète vaguement du fait qu’il faudra se tasser (ou déménager pour plus grand si les finances le permettent) à l’arrivée du deuxième.
Je vois loin. Je suis heureuse et n’imagine rien qui puisse entraver ma course au bonheur.

Décembre 2011 – Berlingot

Mon petit neveu Berlingot vient de naître ! Je ne peux m’empêcher de penser que ma petite sœur, comme bien souvent, m’a volé mon tour. Je le vois aussi souvent que possible pour tuer dans l’œuf cette jalousie qui n’a pas lieu d’être, apprendre à le connaître et à l’aimer. C’est un bébé calme, apaisant. Ma petite sœur, qui ne le confie à personne, me le met dans les bras à tout bout de champ.
Le Nous n’existe plus, je suis Moi et il est l’Ex. Juste après la naissance de Plume et de l’achat de l’appartement à deux chambres, alors que notre histoire avait six ans et notre mariage six mois, il a rencontré quelqu’un d’autre. Un an et demi d’enfer et de brouillard ont suivi pendant lesquels je me rongeais les sangs à propos de cet homme qui faisait officiellement une dépression. Si j’avais su qu’il peinait simplement à assumer sa double vie…
J’ai découvert le pot aux roses un mois avant la naissance de Berlingot. J’ai littéralement eu la sensation que le monde s’écroulait sous mes pieds. Toute ma vie et mes espoirs d’avenir étaient fondés sur un mensonge et n’avaient en fait aucune réalité. Je n’avais plus prise sur rien. Je ne savais plus qui était ce type qui passait en coup de vent récupérer ses affaires et avec qui je devais régler les détails d’un divorce. Celui que j’avais aimé, celui en qui j’avais eu toute confiance pendant huit ans n’était qu’un leurre. Il n’existait pas – ou plus. Pour moi il était mort.
J’ai fait le deuil douloureux de mon mari, mon amoureux, mon meilleur ami. Mais aussi de ma situation : ma vie de couple, mon appartement trop grand, mes rêves de bébés et de famille heureuse. A 28 ans, j’étais célibataire alors que je me rêvais maman. Entre deux crises de larmes, j’ai cajolé le petit Berlingot qui venait de naître et sa cousine Plume de 18 mois en me disant, qu’au moins, j’étais une Tata comblée.

Mars 2013 – Calisson

Calisson fait son entré dans le monde la veille de mon anniversaire ! C’est le deuxième enfant de ma grande sœur (et donc le petit frère de Plume – 3 ans, et le cousin de Berlingot – 15 mois). Lui et moi avons pile 30 ans d’écart. J’ai l’impression que mon âge ne colle pas à ma vie. Jamais je n’aurai imaginé ne pas avoir d’enfants à  30 ans.
Malgré tout, ma vie amoureuse n’est pas si terrible : cela fait neuf mois que j’ai rencontré Psychoti. Nous venons tout juste d’emménager ensemble. Moi qui pensait rester célibataire éternellement, les choses se sont finalement drôlement enchaînées !
Psychoti a été d’une patience d’or. Je pleurais encore parfois sans raison l’été où on s’est rencontré. J’étais cabossée de partout, je n’avais pas grand chose à offrir. Il est entré dans ma vie et dans mon cœur tout doucement, sans faire de bruit. Il a caressé mes cicatrices sans chercher à les gommer, et m’a acceptée toute entière, casseroles comprises.
Nous sommes allés voir Calisson ensemble à sa naissance. J’espérais secrètement qu’un jour (pas trop lointain) il aurait envie de fonder une famille avec moi. Je surveillais du coin de l’œil ses réactions. Je me suis dit ce jour-là que Psychoti, en plus du reste, ferait un papa parfait.

Novembre 2014 – Perle

C’est au tour de la petite Perle d’apparaître. Deuxième enfant de ma petite sœur (et donc sœur de Berlingot – 3 ans, cousine de Plume – 4 ans et Calisson – 18 mois).
Cette naissance a été un peu compliquée à gérer. Nous avions commencé les essais onze mois plus tôt et nous enfoncions chaque jour un peu plus dans la galère. Si comme mes sœurs j’avais eu cette heureuse manie de tomber enceinte en C1 ou C2, ce bébé aurait pu être le notre. Au lieu de ça, nous venions de vivre l’échec de notre première stimulation ovarienne. Les gens enfonçaient le clou sans le savoir en claironnant à tue-tête que cette petite nièce était mon portrait craché.

Mars 2016 – Tata fantôme

Nous avons fêté le weekend dernier les 3 ans de Calisson et mes 33 ans. Le reste de la troupe a aujourd’hui 6 ans, 4 ans et 15 mois. Je les vois grandir, jouer, chahuter… Je les vois une fois par  mois, ou un peu moins quand le moral plonge et que je me sens incapable de m’approcher de trop près d’un enfant.

Je ne suis pas la Tata que j’aurai voulu être. Je ne suis pas très présente dans leur quotidien. Bien-sur, j’ai droit à ma dose de câlins et bisous. J’ai le droit à des secrets au creux de l’oreille, à jouer à des jeux farfelus aux règles évolutives et à des dessins cadeaux dignes d’un courant obscure de l’art moderne.
Mais j’aurai voulu plus. J’aurai voulu les aimer inconditionnellement sans pincement au cœur, j’aurai voulu les voir plus souvent, les inviter sans retenue, jouer avec eux sans me dire à la moindre perte de patience qu’en fait, peut-être, je ne suis pas faite pour ça.
J’aurai voulu que mes sœurs ne ressentent pas le besoin de me protéger, et qu’elles puissent me raconter le détails de leur quotidien, la fièvre de Plume qui l’a tenue debout toute la nuit avant-hier, les dents de Perle qui ne poussent pas bien vite, les colères de Calisson qui électrisent toute la maison, la passion soudaine de Berlingot pour les olives et le comté. J’aurai voulu être capable de les écouter, j’aurai voulu ne pas me retrouver exclue malgré moi.
J’aurai voulu que mes enfants soient les cousins du même âge de ces quatre-là, qu’ils jouent ensemble jusqu’à pleurer de rire, qu’ils gravent dans leur mémoires des souvenirs complices.

Mais l’infertilité, c’est aussi ça n’est-ce pas ? Cela impacte nos vies dans leur globalité. Change nos manières d’être, change nos ressentis. Et nous oblige à faire le deuil de toutes ces petites choses que l’on croyait pourtant aller de soi.

Publicités

36 réflexions au sujet de « Tata fantôme »

  1. C’est un très bel article, et une très belle déclaration d’amour à tes neveux et nièces… preuve que tu es une bien meilleure Tata que tu ne sembles le croire.
    Quand ton tour viendra, tes enfants seront ravis d’avoir ces cousins (un peu)plus âgés pour leur apprendre leurs meilleures bêtises.
    Mille bisous

    Aimé par 3 people

  2. Salut psychota
    Je suis ton blog depuis quelques mois et je te remercie quand je te lis je me vois dans les mêmes situations. J’ai le même âge que toi j’attends patiemment ou pas que mes règles arrivent ou pas pour avoir le verdict de ma 4eme et dernière IAC effectuée le 9 mars pour ensuite attaquer l’étape ultime de la FIV. j’ai aussi une nièce on va bientôt fêter ses 3 ans et je me demande si elle pourra rencontrer un jour ou l’autre sa cousine ou son cousin. Tout ce parcours me fait voir la vie autrement même si je n’arrive pas à m’enlever de la tête que je ne comprendrai jamais qu’est ce que j’ai bien pu faire pour mériter ça et puis je reprends du poil de la bête pour partir positif.
    Des hauts et des bas quotidien je crois qu’on est toute dans le même etat.
    Merci encore pour ton blog qui Perso me fait du bien c’est difficile d’exprimer ses sentiments avec des personnes qui ne connaissent pas le parcours de la PMA
    Bises et à bientot

    Aimé par 2 people

    1. Le verdict devrait être aujourd’hui si je compte bien… J’espère, j’espère pour vous. Et merci pour ce gentil message, c’est vrai qu’Internet nous offre un soutien immense en nous faisant découvrir des parcours et des bouts de vies similaires aux nôtres.

      J'aime

      1. Petit espoir effectivement hier mais aujourd’hui les maux de dos et de ventre sont la! Demain appel à l’hôpital pour passer à l’étape suivante la FIV ICSI….

        J'aime

  3. Oh, quel article émouvant … je comprend ta jalousie vis à vis de ta petite soeur et ce creux de voir ces cousins grandir sans tes enfants qui se font attendre …
    Nous, on est de l’autre coté … On voulait un deuxième rapidement car nous souhaitions qu’il ai quelqu’un avec qui grandir et que ce soit ma soeur ou mes belle-soeurs, nous ne voyions rien venir. Bon finalement une de mes belle-soeur a avancé ses projets de mariage pour des problème administratif de rapprochement de conjoint et nous espérons tous qu’une bonne nouvelles arrive rapidement 😉
    J’espère que chez vous aussi la cigogne passera prochainement et qu’il y aura un(e) petit(e) cousin(e) du même âge chez tes soeurs ^^

    Aimé par 1 personne

  4. Ton texte est très touchant et montre bien l’affection que tu as pour tous ces petits bouts. J’espère que bientôt les tiens viendront agrandir la bande, et les grands seront à ce moment là ravis de leur servir de modèle.

    Aimé par 1 personne

  5. Oh 😲 comme je me retrouve dans tes mots…
    Moi je suis l’aînée des 4, ni mariée, ni maman…
    Une de mes soeurs a déjà deux enfants…
    Et ma belle-soeur qui a 11 ans de moins que moi, a arrêté la pilule en décembre. Je tends le dos à chaque fois que je la vois, j’ai tellement peur d’une annonce d’elle qui, il y a encore quelques mois, me disait qu’on serait « copines de grossesse »… 😦
    Merci pour cet article, des bisous.

    Aimé par 1 personne

    1. On a beau se répéter qu’on ne fait pas la course, que la grossesse des autres ne change rien à notre situation et qu’elle ne prend pas notre place, c’est dur quand même de voir monter les autres à bord quand on reste soi-même sur le quai… Des bisous Endolorie. J’espère que sa prophétie sera la bonne et vous serez effectivement bientôt « copines de grossesse ».

      Aimé par 1 personne

    1. Merci Madame Tchou. Des fois je pense à toi et à toutes celles qui travaillent avec des enfants, et je me demande comment vous faites pour gérer ça. Ce rappelle permanent de ce qu’on n’a pas… Vous êtes des héroïnes du quotidien 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s