Blog PMA·IAC 4

Paralysie

Février 2016 : IAC 4
Quand les six mois de stimulation ovarienne se sont achevés au printemps dernier, je me souviens avoir eu l’impression qu’on avait rajouté des heures à mes semaines. Comme si j’avais soudainement des montagnes de temps libre, d’oisiveté, de moments à moi. C’est vrai que je n’avais plus de rendez-vous PMA et que je retrouvais enfin un emploi du temps normal. Mais surtout, surtout, je n’étais plus prise au piège de l’espoir et de son attente dévorante. J’avais retrouvé ma liberté.

Je sais gérer l’attente. Je ne dis pas que je suis très patiente, mais comme tout le monde au cours de ma vie j’ai déjà dû attendre, j’ai déjà dû patienter.
Attendre en trépignant mon tour pour pouvoir faire de la balançoire ; attendre que ma mère rentre du travail et sentir du fond de mon lit l’odeur du froid accroché à sa joue ; attendre pour manger alors que mon ventre gargouille ; attendre les vacances ; attendre de savoir si je serai invitée à La boom ; attendre Noël pour avoir ma propre chaîne Hifi ; attendre qu’arrive le cours de SVT pour passer une heure assise à côtés de Lui ; attendre la lettre de ma meilleure amie qui ne vient pas ; ​attendre la sonnerie qui nous délivrera de cours interminables ; attendre dans le couloir avant de passer un oral ; attendre de rencontrer quelqu’un qui me plaise vraiment ; attendre les résultats des partiels ; attendre de rencontrer quelqu’un à qui je plaise aussi ; attendre la réponse après un entretien d’embauche ; attendre d’emménager dans ce nouvel appartement qui me correspond tant ; attendre d’être adulte pour enfin adopter un chat ; attendre… A chaque étape, à chaque décision, à chaque petit évènement de la vie, il y a une attente qui va avec.

Mais l’attente des essais PMA ne ressemble pas tout à fait aux autres. Elle me paralyse. Et me laisse suspendue, en apnée, incapable de me concentrer sur rien ni d’entreprendre quoique ce soit de nouveau. Elle me vole mon énergie, ma motivation, ma créativité. Je n’ai plus aucune initiative, je ne suis qu’indécision et incertitude. Je ne sais plus où je vais, ni pourquoi, ni comment. Je sais juste que j’attends, et que je ne peux faire que ça.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s