Blog PMA

Attention zone sinistrée

72Juin 2015 : C17J10
A l’heure où vous lirez ces lignes, je serai probablement en train de bronzer sur une plage, déguster une glace en terrasse ou siroter un cocktail devant un coucher de soleil (et je ne dis pas ça pour vous faire baver d’envie, loin de moi cette idée…). C’est la magie d’Internet et des articles programmés. Mais ce n’est pas pour vous parler de mes vacances que je suis virtuellement revenue. C’est pour vous raconter la fin de mon C16.

Comme souvent, j’étais bien décidée à ne pas trop y croire et ne pas trop espérer. Je me répétais en boucle que c’était un cycle na-tu-rel, et on sait que chez moi ce n’est pas gage de qualité. Mais voilà, je ne maîtrise décidément pas mes humeurs, et l’espoir fou a encore frappé.
A cause d’une ovulation à J18 tout d’abord. J18 ! Du quasi normal ! Et un câlin pas si mal tombé malgré le spectre du spermogramme. Pas parfait, mais bon, il parait que les spermatozoïdes peuvent vivre jusqu’à plusieurs jours, alors…
Puis, le signe qui tue tout : pertes colorées à DPO7. Suivi d’une douleur aux seins qui est montée crescendo au fur et à mesure que passaient les jours. Pas complètement naïve non plus, je reconnais là un symptôme classique de fin de cycle chez moi (d’ailleurs à ce sujet il faudrait qu’on m’explique : il paraît que j’ai mal aux seins en fin de cycle car je manque de progestérone – ça va avec la phase lutéale courte. Mais il paraît aussi que c’est un symptôme classique sous traitements, à cause… d’un surplus en progestérone ! Qu’il y en est trop ou pas assez, même symptôme, j’ai mal aux seins. Ca vous semble logique, vous ?). Donc le mal de seins, on n’en tient pas compte. Mais les pertes colorées par contre… Même en essayant de me raisonner, cela a claironné joyeusement dans ma tête comme « nidation ».

Face à tout cela, j’avoue, je me suis un peu emballée. Le miracle du cycle de pause, tout ça, tout ça… J’ai imaginé l’annonce à Psychoti juste avant notre départ en vacances (le jour de notre anniversaire de rencontre, un signe !), je nous ai vu échapper à la IAC, j’ai même poussé le vice jusqu’à calculer ma date présumée d’accouchement. Pour vous dire où j’en étais rendue… Alors quand les pertes colorées ont repointé le bout de leur nez à DPO10, c’est un euphémisme de dire que j’ai un peu déchanté. Car cette fois, elles n’auguraient rien de bon.
Mon moral a chuté d’un coup. Ajoutez à cela l’humeur exécrable de Psychoti et vous aurez une juste vision de l’ambiance à la maison. Ce n’était plus trop Home Sweet Home, mais plutôt Attention Zone Sinistrée.

Espérons que d’ici que vous lirez ces lignes les choses se seront améliorées, car sinon mon futur moi passera ses vacances à pleurer sur la plage, se venger sur les glaces et noyer sa déprime dans les cocktails. Et là, j’en suis sure, je ne vous fait plus du tout rêver…

*Si le décors paradisiaque de la photo vous tente, sachez que c’est la Céphalonie, l’île grecque que nous avons choisi pour nous évader au soleil.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s