Blog PMA

Statistiques

Juin 2015 : C16J20
Les chiffres et moi, on s’entend plutôt bien. Ils ont un petit coté carré qui me rassure. Avec eux on sait où on va. Alors forcément, quand j’ai compris qu’on allait devoir passer par la PMA, je n’ai pas pu m’empêcher de regarder les taux de réussite. Ce qui, en fait, n’était peut-être pas une très bonne idée. Enfin, on ne se refait pas…

~ Déjà, la base : le taux de réussite par cycle d’un couple en essais frôle les 25%, soit une chance sur quatre. D’où les fameuses remarques que se prendront toutes les impatiences, à savoir « les essais ça peut prendre du temps, c’est normal, on ne fait pas forcément un bébé quand on veut… ». Oui bon, c’est sûr, mais passé un an d’essais infructueux (et encore moi j’aurai dit six mois, mais il paraît que j’entre dans la catégories des pressées…), vous avez quand même le droit de courir chez votre gyneco (et pour info : 80% des couples auront conçu un enfant après un an sans contraception, 90% après de deux ans).
~ La petite PMA (à savoir les stimulations ovariennes) : on n’est pas très loin du taux de base : entre 20 et 25% selon les études. D’où la même conclusion : au bout de six stimulations, mieux vaut passer à autre chose que d’insister encore et encore.
~ Premier niveau de la PMA (la vraie cette fois), les inséminations : là, c’est la dégringolade. Si vous n’êtes pas stimulée (en gros, si Monsieur seul a un problème et qu’on estime qu’il suffit de vous inséminer sur cycle naturel), le taux tombe à 8%. Si au contraire on décide de booster un peu vos ovaires, il remonte à 18% (à se demander pourquoi on tente sur cycle naturel…). 18% c’est nettement mieux, mais cela laisse quand même 82% de risque qu’il ne se passe rien. Dit comme ça… Imaginez la déprime des nouveaux candidats à la IAC quand ils réalisent que leur tout nouvel espoir n’en était peut-être pas vraiment un !
~ Second niveau de PMA, les FIV : le niveau remonte, et pas qu’un peu ! On frôle les 30% de réussite par tentative (28% en moyenne). Alléluia !!!
~ Et enfin, le chiffre qui fait mal, celui qui fait peur et que beaucoup préfèrent ignorer : un couple sur trois finira son parcours PMA sans enfants.

Bien-sûr, tous ces chiffres sont à moduler*. Ils vont dépendre de l’âge du couple, de ce que chacun a, des techniques utilisées… Mais ils donnent malgré tout un aperçu global de la situation. Ce n’est pas parce qu’on entre en PMA qu’on est enfin sauvé et qu’un bébé tombera du ciel. Encore et toujours, on ne fait que tenter sa chance.

* D’autant plus que ce blog, qui n’a aucune vocation médicale ni statistique, ne fait que reprendre ce qui a été lu ici ou là. Il se peut donc qu’il comporte des erreurs, parfaitement assumées puisqu’après tout, je ne suis ni statisticienne ni médecin, mais juste une fille en essais.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s